Hiro : La chemise pour moi, c’est un choix de facilité !

Il nous a rendus teubés, alors qu’il était lui même aveuglé. Nous l’avons connu y a quelques années avec le groupe Bana C4. Hiro est de ceux qui rigolent tout le temps, il fait partie de cette génération d’artistes qui s’aiment et qui savent nous faire aimer ce qu’ils font.

En Novembre passé, il était à Cotonou. Hiro est notre Fashion model de Février. Nous avons fait notre shooting au calme, pendant que je le criblais de questions. Nous avons parlé de sa vie, de son style, de la mode congolaise et pas que…

Aujourd’hui je vous emmène à la découverte d’un Hiro, que vous ne connaissiez pas… Trop parler c’est maladie, voilà ça!

Qui est Hiro, parle nous de toi

Je suis un jeune artiste franco congolais et j’ai commencé la musique en 2007. Je suis passionné de mode, de musique. J’ai 25 ans et je suis membre du groupe Bana C4.

Il y a trois ans tu ne connaissais pas le Congo, ton pays d’origine. Comment cela se fait ?

Je suis né et j’ai grandi en France. Je suis allé au Congo pour la première fois à l’âge de 22 ans, c’était pour un concert. J’ai d’abord découvert Brazzavile et après je suis allé à Kinshassa. C’était magique !

La musique m’a donné plein de choses, elle m’a permis de découvrir l’Afrique. C’est la première fois que je viens au Bénin. C’est grâce à la musique, si j’arrive à faire le tour du monde. La musique m’a tout donné.

Si tu devais définir ton style ce serait quoi ?

On va dire Moderne et chic, j’aime être propre sur moi, j’aime le sur mesure, je ne suis pas trop dans l’excentrique. Mon style est urbain, ça respire la jeunesse, le quartier, mon histoire, ma vie !

Hiro : La chemise pour moi, c'est un choix de facilité !

Un congolais pas excentrique, c’est bizarre. Tu connais Papa Wemba toi ?

Papa Wemba est un avant gardiste; il est une icône. C’est pour moi, le premier artiste africain qui est arrivé à allier musique et mode. Il sait harmoniser les couleurs. J’adore son style, mais moi je suis plutôt chemise, t-shirt, pantalon. La base quoi…

La chemise pour moi, c’est un choix de facilité parce que tu peux la mettre dans un pub, tu peux la mettre pour aller en club, tu peux la mettre pour aller faire les courses. C’est toujours In ! Mettre une chemise pour moi, c’est comme mettre un t-shirt; le jeans  c’est un appel à l’urbain et à la sobriété. Et c’est tout moi.

La mode congolaise est pourtant très décalée…

Non je ne pense pas que ce soit le cas. En général, le congolais s’habille en fonction du mannequin qui défile. Quand Dolce Gabbana crée une collection par exemple, le congolais ira chercher ce qui est sorti en fonction de la saison, il ira acheter ce qu’il a vu au défilé de mode.

C’est là que les gens ont l’impression, que c’est avant gardiste ou autre, alors que c’est rien d’extraordinaire pour lui. Le congolais le porte ainsi, juste parce que les vêtements ont été présentés au défilé comme ça. Après ça plait ou ça plait pas.

Hiro : La chemise pour moi, c'est un choix de facilité !

La mode pour le congolais, c’est bien plus important que le fait de s’habiller; c’est plus fort que ça. Il y a la religion de la mode au Congo, c’est très sérieux !

Moi je me sens totalement congolais dans ma manière de m’habiller. Je me considère comme un africain de France, j’aime beaucoup les habits, les marques, je me renseigne sur les tendances. Je ne suis juste pas excentrique.

Généralement ce qui n’est pas excentrique est intemporel, peut on dire que c’est ton cas ?

Papa Wemba est intemporel, Papa Wemba me fascine. Si il n’avait pas fait tout ça, il n’aurait jamais fait du cinéma, il n’aurait pas fait le tour du monde.

Être intemporel, c'est un état d'esprit. Cliquez pour tweeter

Tu peux acheter tous les vêtements du monde, ça c’est facile. Mais il faut déjà, que ton corps accepte le vêtement.

Si ton corps ne veut pas, ce n'est pas la peine ! Cliquez pour tweeter

Parle nous de tes secrets de beauté : comment fais tu pour entretenir ta peau ?

Bizarrement je ne fais rien du tout, je cherche d’ailleurs le bon masque, le bon savon pour entretenir tout ça. Avec les voyages et les tournées, ce n’est pas toujours évident.

Par contre ma barbe, je la peigne régulièrement et je l’entretiens avec de l’huile de ricin.

Parlons accessoires; j’ai remarqué que tu adores ça. Des conseils pour bien les choisir ?

J’adore les boucles d’oreilles, les lunettes, les bracelets, les montres. Mes accessoires préférés , ce sont les montres.

Une montre passe beaucoup de messages, le choix d’une montre c’est très important. Il faut en effet, faire attention au boîtier, au cadran, au bracelet, au métal. L’or c’est la richesse, le noir c’est la sobriété.

La montre, en dit beaucoup sur la personne qui la porte. Cliquez pour tweeter

Tu es très proche de ta communauté sur les réseaux sociaux. Comment arrives tu à gérer tout ça ?

J’ai dû apprendre à bien utiliser les réseaux sociaux. Ce n’était pas évident au début. Je suis de nature très réservée, même si je n’en ai pas l’air et j’aime bien garder ma vie pour moi.

Les réseaux sociaux t’apprennent à partager ta vie, et aujourd’hui les gens attendent plus de toi. Ils veulent aller au delà de ta vie d’artiste, ils veulent voir ta vie privée. Surtout sur Snapchat, mais j’ai commencé à m’y faire.

Hiro : La chemise pour moi, c'est un choix de facilité !

Je suis moi même et je ne me prends pas la tête. C’est plus facile ainsi. Si j’ai envie de parler je parle, si je n’ai pas envie de snapper, bah je le fais pas.

Pour finir, que penses tu de nous au Bénin, vu que c’est ta première fois ici ?

Le Bénin est un beau pays, je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller au contact du public. Mais jusque là, ça va. Tout le monde est sympa et j’ai rencontré Blaaz. C’est un monsieur que j’aime beaucoup, il est très gentil. Le Bénin c’est top, les béninois encore plus. J’ai hâte de revenir…

C’était un plaisir de l’interviewer, il vous a même fait une petite vidéo à la fin.


PS: Si vous avez aimé cette interview, ne soyez pas timides. Partagez, on va quitter ici 

Commentaires

TOP

%d blogueurs aiment cette page :