Jeune et chic comme Samir Harrys de DRAVO !!!

Qui est Samir de DRAVO?

Né le 08 Janvier 1992 d’un père Béninois et d’une mère togolaise. C’est un jeune homme qui a grandi dans le quartier Akpakpa Midombo à Cotonou; un homme, un fils, un ami, un frère, un modèle, un mannequin, bref c’est un individu normal quoi 😅.

Mais pas si commun que ça si on rappelle qu’il est mince, grand de taille, un peu efféminé, drôle, et surtout qu’il est passionné par la culture africaine et la mode. (Merci Gwladys 😉)

Samir Harrys de DRAVO

Meilleur mannequin photogénique lors du concours AFRICA FACE FLASHTIME 2013 et récemment Oscar béninois du meilleur mannequin homme 2015, il vit en France depuis 1 an où il poursuit sa carrière et ses études.

J’ai voulu rencontrer Samir pour vous (mais on m’a renvoyé à l’aéroport parce que je n’avais pas assez de sous pour couvrir les frais de voyage🙈🙈🙈). Mais internet étant merveilleux, j’ai quand même pu avoir mon interview 😊

Vous l’aurez compris, Samir Harrys Steven de DRAVO est un jeune mannequin béninois résidant en France. Allons donc à la rencontre de ce jeune béninois qui fait la fierté du mannequinat béninois et africain à travers le monde!!!

D’où te vient ta passion pour la mode?

La mode c’est pas ma passion, c’est ma mission et elle ne se délimite pas qu’à défiler ou prendre des photos.

Samir Harrys de DRAVO

Je crois en ce que Dieu nous a créé avec une mission sur terre. Et quand je vois mon enfance, l’environnement dans lequel j’ai grandi, mon parcours, je conclus que tout concourrait à cette carrière. Mais comme dans la vie rien n’est acquis, rien n’est facile, il faut arriver à savoir ce qu’on veut, travailler dur pour se donner les moyens de réussir. C’est ma quête 😊

Samir de DRAVO

Des conseils pour être toujours stylé comme toi?

Toujours stylé comme moi ? Hum 🙈 je n’oserais prétendre être une référence, mais je crois que les vêtements expriment la beauté, les ressentis et les sentiments intérieurs de chacun. Donc tout dépend de la personnalité de chacun et des moyens à disposition.

D’abord il faut savoir qui l’on est, ou définir qui on veut devenir, quelle image de soi on veut donner, s’accepter tel qu’on est, aimer son corps et sa vie, et donner de la valeur à ce qu’on a. Il faut un corps sain pour porter les beaux vêtements.

Le style, ce n’est pas ce que les autres dictent. A chacun son style, on ne peut que s’inspirer des autres (mais jamais copier), pour mieux s’établir.

Samir Harrys de DRAVO

Toujours commencer à partir du basique, du simple et du sobre (Tout est dans le détail), ensuite oser, susciter les critiques (oui ça forme), créer sa propre identité vestimentaire.

Samir Harrys de DRAVO

Que penses-tu du mannequinat béninois?

Le mannequinat béninois est justement “trop béninois” et pas tourné vers le monde. Les talents il y en a assez. Les jeunes désireux de travailler il y en a aussi.

A mon humble avis, le mannequinat béninois connait beaucoup de maux à 3 niveaux : les mannequins eux mêmes, l’administration privée et publique, et les organes de communication.

Au niveau du Mannequin lui-même 

Moi quand je m’y suis lancé, j’ai eu la chance et je me suis fait humble pour apprendre aux côtés de mes aînés comme Haroune CHABI, Inès, Gafari, Yollande, Stevia, Isaura, Faizath, Hervé et Brice AZANLI qui sans s’en rendre compte m’ont beaucoup appris.

Mes parents n’étaient pas contre mon projet de devenir mannequin, mais ils ont exigé l’excellence. Alors, j’ai dû m’armer de patience pour apprendre, demander des conseils, supporter les critiques et les insultes, encaisser les coups, dans le but d’amasser assez de connaissances.

 Il faut que les mannequins béninois comprennent que les métiers de la mode, c’est comme la médecine. Ça nécessite des cours, des examens, des échecs, des réussites, des formations, des concours pour enfin prétendre être MANNEQUIN. Il faut courir derrière l’excellence où qu’elle soit.

Sur le plan administratif

Les agences font du bon boulot mais souffrent du manque de financement (l’Etat ayant abandonné ses devoirs face à la culture), et pour le peu qu’il y a encore, elles se battent entre elles généralement (chose normale, la mode c’est pas pour les enfants de cœur 😊).

Les mannequins ne doivent pas tout attendre des agences. Ne nous leurrons pas, nous sommes dans un contexte économique difficile et une agence doit survivre. Alors c’est au mannequin de montrer à l’agent qu’il vaut la peine d’être placé sur tel ou tel défilé ou campagne. Ce qui suppose un grand travail personnel.

Les agences béninoises n’ont pas les mêmes moyens que les agences en Europe.

Au niveau de la Communication

Tout ceci n’aura de sens qu’avec une bonne communication. La bonne circulation des informations garantit les retours sur investissement. Le problème est que les mannequins n’ont pas une bonne visibilité à l’extérieur, certains attendent que l’agence s’en occupe et d’autres le font eux mêmes, mais mal.

Même moi, j’ai du mal parfois à m’en sortir. L’information se maîtrise, sinon elle crée des dégâts. J’ai un peu travaillé en Afrique de l’Ouest et en Europe, côtoyé des mannequins et des tops modèles du monde, et je puis affirmer que le Bénin a des talents. Juste que le professionnalisme est mieux pris en compte ailleurs que chez nous.

Samir Harrys de DRAVO

Ton plus grand rêve???

Comme le fait actuellement le célèbre acteur Djimon HOUSSOU, utiliser ma réputation pour créer un canal Bénin (Afrique)-Monde , pouvant imposer les textiles africains dans les lignes de vêtements prêt-à-porter et haute couture.

S’il faut rajouter quelque chose (et je ne vais pas me faire prier 😝), Samir Harrys de DRAVO m’a épaté de par son professionnalisme et sa dévotion pour la mode. J’ai été surprise et émue de découvrir sous ses airs de “fou-fou”, un jeune homme plein de rêves pour son pays et son continent…

Vous pourrez retrouver toute l’actualité de Samir Harrys de DRAVO sur son site officiel.

Crédits photo: Ghislain CODJO

Commentaires

TOP

%d blogueurs aiment cette page :