Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

J’ai fait sa rencontre aux MODASH, elle était elle : belle, souriante et si cuttie. Puis on m’a dit : elle a deux enfants, elle est mariée et elle est féministe. Je suis tombée amoureuse, la suite vous la connaissez puisque nous sommes là.

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Pamela NZE ASSEKO est notre fashion model du mois, c’est notre coup de coeur chez Modernetchic. Un mélange subtil de féminité, de caractère, de douceur et de force. Elle a accepté de nous raconter son histoire, de nous révéler les dessous de sa personnalité si parfaite qu’on voit sur les réseaux sociaux et depuis peu à la télévision.

Let’s say Hi to Pamela, the Smiling Queen !

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !Qui est Pamella N’ZE ASSEKO dans la vraie vie (la Pamela hors caméra quoi) ?

Avant tout, je suis une épouse et mère de famille comblée. Je suis Pamala NZE ASSEKO HOUNDETON, une femme simple qui aime les gens simples. De nationalité bénino gabonaise, Mannequin et Modèle Photo. Puis depuis quelques mois, animatrice TV; une expérience très enrichissante.

Pourquoi avoir quitté le Gabon? Te sens-tu autant béninoise que gabonaise ?

En réalité, je ne vais au Gabon que pour de courts séjours. J’ai passé la majeure partie de ma vie au Bénin et plus précisément à Cotonou. De ce fait, je me sens plus béninoise que gabonaise. Même si je dois avouer que côté caractère, je me sens plus proche de mes sœurs gabonaises.

Sur les réseaux sociaux, on remarque tout le soutien que t’apporte Mr Yannick Ola ! Votre couple est très médiatisé. Comment arrivez-vous à gérer votre vie privée tout en étant aussi soudés ?

Notre couple est en effet très médiatisé, ce qui n’était pas du tout prémédité contrairement à ce qu’on aurait pu croire. Yannick est le genre très prolixe sur les réseaux sociaux. Il aime partager ses expériences et son vécu avec ses followers. Il publie sur le coup, comme il le pense et le ressent.

C’est ainsi que d’une publication après l’autre, nous en sommes là aujourd’hui. Notre vie privée se porte à merveille. Je pense que la clé, c’est tout simplement d’accepter l’autre et de l’aimer tel qu’il (elle) est, pour ses qualités mais encore plus pour ses défauts qui sont en réalité sa particularité. Cela semble très ”fleur bleue”, mais ce n’est que ça. That’s it !

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Comment s’appellent vos enfants ? Comment arrives-tu à être présente pour eux ?

Nous avons deux filles, Ashley et Keissy. Vous savez, ce n’est pas du tout évident d’être à la fois une femme active et une mère de famille parfaite (d’ailleurs je n’en aurais pas la prétention). Je pense que tout est dans l’établissement et le respect des priorités et surtout un bon planning journalier.

Pour être une maman toujours aussi sexy, quels sont tes astuces et secrets de beauté ?

Je n’ai pas d’astuces particulières. Mais comme je le dis souvent, il faut nécessairement éviter tout ce qui est trop froid (boissons), trop gras (repas) ou trop sucré. Privilégier les boissons détox et tout ce qui est chaud ou tiède, si on veut avoir un superbe ventre plat !

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Comment t’es tu découvert des talents de mannequin ? Comment ta carrière a commencé ?

J’ai été découverte par un promoteur béninois de la mode, au cours d’un casting pour hôtesses d’accueil. Il m’a mise à l’écart des autres filles et m’a dit: “Marche”. Ce que j’ai fait. Quelques semaines plus tard, je suivais une formation pour devenir mannequin. Les défilés ont commencé à s’enchaîner sans que je ne m’en rende compte.

Model photo est-ce une passion, un passe-temps ou un travail comme tout autre pour toi ? Qui est ta plus grande source d’inspiration dans ce métier et pourquoi ?

Il faut dire que j’ai surtout démarré dans le monde de la mode, en tant que mannequin podium. Au fil du temps et des expériences, il s’est avéré que non seulement je suis très photogénique, mais aussi que j’arrivais à mettre en valeur le travail du photographe. Je sais en plus y apporter ma touche personnelle, et en plus j’adore ça ! Être modèle photo, c’est une passion pour moi et c’est aussi un métier.

Ma plus grande source d’inspiration dans ce domaine, c’est ce jeune mannequin atteint de Vitiligo, Chantelle Winnie.

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !
Chantelle Winnie pour le magazine “The Guardians”

Elle nous prouve que le plus important, ce n’est pas qui nous sommes; mais ce que nous faisons de cela. Nous pouvons tourner en avantage tout ce qui au départ, pourrait être considéré comme un handicap ou un frein à notre réussite.

Comment définirais-tu ton style ? Quels sont les indispensables de ta garde-robe ?

J’ai un style plutôt classique. Mes inconditionnels sont les belles chemises fluides, les jeans, les blazers, les robes midi moulantes et SURTOUT les escarpins (collectionner les escarpins, c’est mon violon d’Ingres).

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Penses-tu qu’il y a des limites vestimentaires à ne pas dépasser en tant que modèle photo et en tant que mère ?

Je pense que les limites sont un choix personnel et on ne saurait les imposer aux autres. Moi, en tant qu’épouse et mère, je ne poserai pas pour des photos nues.

En tant que modèle photo, que cherches-tu à exprimer à chaque fois que tu es devant un objectif ?

Comment définirais-tu le féminisme ? Penses-tu que le féminisme implique un manque de considération envers les hommes ?

Le féminisme est un ensemble d’idées et d’actions visant à réduire les inégalités hommes- femmes dans la société. En réalité, pour moi,

Il vise avant tout à reconnaître aux femmes leur capacité à être autonomes, avoir des rêves, des ambitions et à se donner les moyens pour les réaliser. Le féminisme ne saurait inclure, en aucun cas, la déconsidération des hommes, mais plutôt le respect mutuel entre hommes et femmes.

Je ne suis pas une féministe pure et dure (par exemple, l’homme doit obligatoirement faire le ménage, la cuisine et autres comme la femme, NON). Je suis plutôt contre l’injustice. Et on dirait que notre société africaine a une dent contre la femme et lui inflige toutes les injustices possibles. En conclusion, notre société réveille mon côté protecteur envers les opprimés  (en l’occurrence, les femmes).

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Comment arrives tu à maintenir ta personnalité et à ne pas te laisser influencer par les hommes quotidiennement?

J’avoue que c’est un exercice pas facile dans un environnement aussi phallocrate que le nôtre. Mais lorsque la femme est consciente de sa valeur, de son potentiel et de ses capacités infinies, elle sait ne pas se laisser influencer par un homme, qui qu’il soit et quoi qu’il pense d’elle.

Étant très intéressée par la condition féminine, quel serait l’accomplissement ultime de ta lutte ?

Je ne suis qu’aux prémices de cette lutte que d’autres femmes menaient bien avant moi. Et pour moi, on y sera arrivé lorsque chaque femme, quelle que soit sa contrée et sa condition sociale, prendra conscience que l’accomplissement de sa destinée ne dépend que d’une seule et unique personne: Elle même !

Qu’attends-tu donc des hommes dans ton combat pour l’émancipation féminine ?

C’est un vœu pieu j’en suis consciente, mais les hommes béninois devraient avoir plus conscience de la valeur et de l’humanité de la femme. Ils ont tendance à penser qu’elle n’a ni sentiments, ni amour propre et qu’elle est censée tout subir sans broncher. Les hommes, je vous en conjure, soyez plus humains et plus empathiques avec les femmes. Notre société ne s’en portera que mieux.

Ton style de coiffure est-ce un style de vie ou une forme de protestation contre une société de plus en plus tournée vers les mèches ?

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Au départ, c’était surtout une prise de conscience des dégâts qu’ont les produits défrisants sur notre cuir chevelu et partant, sur notre potentiel capillaire. Aujourd’hui, c’est devenu un style de vie que j’adore!

Quelle est ta couleur préférée et qu’est ce qu’elle représente pour toi ?

Le marron clair. D’autres l’appelleraient le ”nude”. Pour moi, cette couleur est synonyme de classe et de sobriété.

Que penses-tu de la mode au Bénin ? Quel est ton designer favori ?

La mode au Bénin est en plein essor. Les différents acteurs se professionnalisent et apportent leur contribution à l’édifice. Même s’il reste énormément à faire, le climat actuel présage de belles avancées pour la mode béninoise. Actuellement, mon designer béninois favori est Nanawax.

Quelques astuces pour être rayonnante sur les photos ?

La base: avoir un beau maquillage

L’essentiel: être naturelle, avoir un visage très expressif et savoir adopter une pose altière.

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Quand tu étais  petite quel était ton rêve? Tu t’imaginais travailler dans la mode ?

La mode a toujours été mon univers et ce, depuis ma plus tendre enfance. J’ai toujours eu des jambes interminables et j’étais la ”mistinguette” de la famille. A mon adolescence, je dessinais des modèles de vêtements dans mes cahiers de cours et jusque là, ma mère est toujours étonnée que je ne sois pas styliste.

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

Tu as été sacrée meilleure modèle photo 2016, aux Oscars de la Mode Béninoise. Ça fait quoi de recevoir un oscar?

C’est un honneur et une fierté. Je n’en suis pas revenue pendant plusieurs jours. C’est le couronnement des efforts et des sacrifices consentis dans l’accomplissement de mon travail, je n’en tire que de l’humilité et plus de détermination.

Quelles sont les erreurs à éviter, si on veut réussir dans la mode selon toi ?

Cela fait sept ans que je suis dans ce milieu et je pense que l’important c’est de rester soi même. Éviter de se laisser imposer des diktats, avoir un style propre à soi et surtout être professionnel avec tout ce que cela implique. Ce ne sera pas toujours facile, mais c’est ça qui rend l’aventure si excitante.

Pamela NZE ASSEKO : The Smiling Queen !

La colle finale : Raconte nous un peu les behind the scenes ( ce qu’on ne voit pas sur les photos et affiches )

Pour les shootings photos en extérieur, il y a les longues heures passées sous le soleil à suer en priant que la séance finisse au plus vite (rires). Souvent, les problèmes de logistique, de lumière, etc qui peuvent parfois amener à reporter un shooting, alors que vous êtes déjà sur le lieu de tournage. Et le pire, c’est lorsque le shooting pour lequel vous avez trimé, ne donne rien et qu’il faut tout reprendre ! Ah croyez moi, le métier n’est pas facile !

Pamela NZE ASSEKO est le type de superwoman que nous admirons chez Modernetchic, le genre de femme always classy, intelligente et si inspirante. C’était pour nous, un plaisir de l’interviewer.

Photographe: Darios TOSSOU

Questions : MC Squad

Direction Artistique :  Estelle Gloria

Lieu :  Le jardin de Canalya

Commentaires

Haut

%d blogueurs aiment cette page :