SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Saraï D’HOLOGNE, The Free Spirit !

Il paraît qu’elle est une post bad, il paraît que c’est la Marraine, il paraît que c’est une artiste pluridimensionnelle, il paraît que … Bla bla bla !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Elle a choisi de garder son âme d’enfant dans un monde qui peut parfois, sembler cruel et inhospitalier… Elle a vite compris que la vie, n’était pas longueur. Peu de gens arrivent à comprendre cela, même si la nature s’acharne constamment à nous le rappeler…

Il n’est en effet pas donné à tout le monde, de choisir le bonheur ! Meet Saraï Michelle D’HOLOGNE, notre Fashion Model du Mois de Septembre, meet THE FREE SPIRIT !

Qui est Saraï D’HOLOGNE ? Présente toi !

Je suis Saraï D’HOLOGNE, étudiante en Master 2 Business Administration, artiste peintre, codirectrice d’un label de production appelé Africa Mindset et modèle photo.

Je crois que quand tu fais ce que tu aimes, ce n’est pas compliqué de concilier toutes ces casquettes. Ça se fait naturellement ! Je suis toujours dans la simplicité; tout ce qui est vrai, naturel, moi tout simplement.

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Parfois est-ce qu’il t’arrive de te sentir différente ou incomprise dans notre société?

Incomprise oui, ça nous arrive à tous je crois. Pour moi dans ce type de situations, il faut juste éviter de se justifier parce que ça ne fait que vous enfoncer. Peu importe ce qu’on fait, peu importe ce qu’on dit, peu importe l’image qu’on essaie de véhiculer, les gens trouveront toujours quelque chose à dire, à critiquer.

Il y aura toujours des personnes qui ne vous aimeront pas ou qui n’aimeront pas ce que vous faites. Il y aura toujours des gens qui vous aiment, qui aiment ce que vous faites, mais qui ne se l’avouent pas. Donc ne cherchez pas à faire l’unanimité.

Il faut juste arriver à passer outre ces moments de doute et se focaliser sur sa vie, ses objectifs. Continuer de croire en soi, avancer !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

À première vue, tu ne ressembles pas à une étudiante, tu fais plus Business Woman, Corporate…

Je suis étudiante en administration, mais en plus de ça j’ai travaillé dans une compagnie aérienne donc je voyageais beaucoup. J’ai arrêté de travailler avec eux, il y a à peine 4 mois. J’ai été hôtesse de l’air pendant dix mois.

Aujourd’hui quand tu regardes ton parcours, est-ce que tu as l’impression d’être restée fidèle à ton rêve de petite fille ?

Être hôtesse de l’air à été une très belle expérience pour moi. J’ai pu découvrir les traditions et les cultures d’ailleurs. L’Afrique est culturellement très riche et voyager m’a beaucoup ouvert l’esprit.

Mais à un moment, il fallait que je me libère. Que je devienne plus vraie, que j’assume mon authenticité, pour moi, pour ma vie !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Qu’est ce qui a été le déclic, l’élément déclencheur de cette quête de liberté ?

J’avais un gros mal être, j’avais l’impression que je désapprenais. Dans ma tête, j’avais l’impression de tourner en rond. Je me suis dit, qu’il était temps !

Je devais aller à ma rencontre. J’ai ouvert mon atelier Sartaï, et j’ai commencé à donner vie à mon art de manière officielle. Sartaï, c’est tout un univers artistique dédié à la décoration murale intérieur / extérieur maison, mais aussi des confections d’œuvres d’art…

Je ne voulais pas avoir de regrets, je me suis donc lancée ! Mon art, c’est mon exutoire…

Saraï D'HOLOGNE, the free spirit !

Quelle a été l’influence de ta famille sur ta personne, sur ton art ?

Je viens d’une famille moderne, très ancrée dans la tradition. Ma maman est musulmane, peule de Guinée et mon père est ivoirien. Il est guéré, il vient de l’ouest. C’est un lourd mélange; il y a deux religions chez moi : le christianisme et l’islam.

Quand tu as été élevée dans une sphère pareille, tu sais qu’il y a des choses que tu ne peux pas faire, il y a des choses que tu ne peux pas te permettre. En tant que modèle photo par exemple, il y a des contrats que je refuse, parce que cela ne correspond pas aux valeurs que ma mère m’a enseigné.

Elle ne comprendrait pas, je ne peux pas m’en foutre et faire tout ce que je veux… Mes proches comptent énormément pour moi et tout ce qui me touche, les concerne également ! C’est une question d’éducation…

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Mes parents m’ont toujours soutenue dans tout ce que je faisais. Ils m’ont toujours laissé faire ce que je voulais. Ils ne me disaient pas “tu dois étudier, tu dois étudier”. Mes parents sont assez ouverts d’esprit.

Ils m’ont toujours accepté comme je suis; chez moi tout le monde n’a pas cette fibre artistique. C’est moi qui suis comme ça. Mes parents m’ont éduquée et ont contribué à faire de moi la personne humaine, l’artiste que je suis.

J’ai joué au football, aux billes et à tous “les jeux de petits garçons”, quand j’étais plus jeune. Je faisais du piano, j’ai fait de la guitare; j’ai fait de la danse classique. Mes premières toiles, m’ont été offertes par mon père. Il m’a acheté mon premier trépied…Et aujourd’hui, je peins !

Pourquoi la peinture en particulier ?

L’art c’est un tout, j’ai toujours été portée par cela. Je n’ai pas vraiment choisi la peinture, elle m’a choisie. Je dessinais depuis toujours, mais j’ai beaucoup négligé cet aspect de moi. N’ayant pas fait d’école d’art, je n’avais pas vraiment confiance en ce que je faisais. Je recevais des compliments de mes proches, mais je ne prenais pas vraiment ça au sérieux.

J’ai eu le déclic un matin, où maman m’a dit de ne pas abandonner et qu’elle croyait en moi. Ça m’a boostée, j’ai mis le turbo. Je suis passée de mes supports papier, aux toiles, aux murs et même au body painting. Aujourd’hui, je continue toujours d’apprendre !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !C’est fou à quel point ça fait plaisir de faire ce qu’on aime… C’est énorme de partager cela avec d’autres personnes, de les voir comprendre votre art !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Que représente la beauté pour toi ?

Je pense qu’il n’y a pas de norme à la beauté. Cela dépend de votre propre perception. La beauté est partout, vous ne devez pas être trop aveugle si vous voulez la capter.

Ouvrez simplement les yeux de l'âme, de l'esprit, du corps ! Cliquez pour tweeter

En fait, je suis très fière de l’évolution de la beauté noire. Nous voyons beaucoup de femmes noires accepter leur couronne (je parle de l’Afro), sur les réseaux sociaux de nos jours et c’est formidable.

La femme noire c’est aussi l’intellect, cette représentation de la femme noire avec les courbes, ce “tais toi et sois belle” a longtemps prévalu. Fort heureusement, les choses changent et ça me réjouit particulièrement.

Il y a cette forte résonance du mélanine on fleek, cette indépendance intellectuelle, cette fierté d’être noire, d’appartenir à une terre aussi grande : L’Afrique !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Parlons tourisme; quelles sont tes destinations favorites?

Abidjan, il y a la joie. À Abidjan, l’esprit est bon (comme on dit chez nous). Les gens sont accueillants et tout ce qui va avec. La Côte d’ivoire, c’est mon pays, c’est là où je suis née.

J’aime beaucoup les pays africains anglophones pour leur réactivité. Ils sont moins dans le discours et plus dans l’action. Je citerai la Namibie, l’Afrique du Sud, la Gambie, etc.

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

J’aime aussi l’île de N’gor à Dakar. J’y ai d’ailleurs rencontré un très grand peintre, il y a quelques mois : le berger de l’île de N’gor. Artistiquement, ça m’a motivé; c’était magique !

Où te vois-tu dans dix ans ?

Je me vois grand peintre, je me vois en train de voyager autour des pays de l’Afrique. J’aime bien l’occident, mais j’adore ce qui est de chez nous. Je me vois découvrir d’autres cultures, discuter d’art avec d’autres personnes…

Dans dix ans, je serai déjà mère avec mes enfants. Je serai toujours moi, mais en grand format !

Comment fais-tu pour rester toi, dans notre société qui tente d’enfermer toutes les femmes dans un moule ?

Je pense que c’est un état d’esprit. Il y a des personnes avec qui tu peux discuter; il y a d’autres avec l’esprit tellement fermé que la discussion est sans issue. Je ne perds pas mon temps à débattre avec ce genre de personnes.

Il faut que les gens comprennent, que la femme africaine actuelle est toujours celle qui est attachée aux traditions. C’est toujours celle qui respecte son mari et qui chouchoute sa famille. Mais elle n’est pas en dessous de l’homme. Elle a le droit d’être elle, de faire ce qu’elle veut, de choisir qui elle veut être.

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Personne n’a le monopole sur l’avenir de qui que ce soit. Nul n’a le droit de décider à ta place, parce que tu es une dame. Personne n’a le droit de limiter vos rêves, vos aspirations, votre vision. Ne vous laissez juste pas faire !

Je n’ai jamais compris ce genre de personnes. Je ne suis pas comme ça; mes parents m’ont appris à accepter chaque personne comme elle est. Alors quand j’essaie de discuter et que je me rends compte que vous êtes borné, je laisse tomber et je passe à autre chose.

Avec le temps, j’ai compris que les autres ne projettent sur vous que leurs propres incertitudes. Vous n’êtes pas obligés d’en faire votre réalité !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Il y a un adage qui dit que : ” nous devenons, la somme des cinq personnes avec qui nous passons le plus de temps”. Qui sont les personnes qui t’influencent le plus ?

Ma maman c’est mon rôle model, nous sommes assez proches. Elle me conseille, je lui dis tout ce que je fais .. Il y a aussi ma grande soeur Fatou, c’est un peu comme ma deuxième maman; elle me conseille beaucoup. Mon chéri, on est tout le temps ensemble…

View this post on Instagram

❤️

A post shared by S A R A Ï (@miiss_coke) on

Il y a Loza Maléombho, c’est une référence chez nous question stylisme et créativité. Son travail est spectaculaire et elle inspire plus d’un, j’en suis sûre. J’adore ce qu’elle fait !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !
Loza MALÉOMBHO, Styliste, Visual Artist…

Pour finir, je dirai Sade ADU, elle est chanteuse. Elle est soul, elle est free, elle est gracieuse. Elle influence beaucoup mon style vestimentaire.

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !
Sade ADU, Artiste, Chanteuse, styliste…

Si tu devais décrire ton style…

Décontracté, cosy, fun, toujours avec une touche africaine. Que ce soit avec des boucles d’oreilles, un foulard, des bracelets, etc.

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Une journée avec toi, ça ressemble à quoi ?

À manger, beaucoup de nourriture, beaucoup de rires, pas de prises de tête. On ira se balader, visiter des galeries, faire des découvertes, rigoler !

Je ne sors pas tellement la nuit, à partir de 22 heures je commence déjà à avoir sommeil… Beaucoup de papotages, j’adore la bonne humeur. C’est compliqué de s’ennuyer avec moi, à moins d’être toi même l’ennui personnifié !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Comment entretiens-tu ta silhouette ? Est-ce que tu fais du sport ?

Rires… Tout le monde pense que je fais du sport, alors que c’est faux ! En fait, je perds du poids facilement. Le stress me fait maigrir, quand je réfléchis trop je perds du poids. J’ai du mal à en gagner par contre.

Mais je crois que je vais bientôt me mettre au sport, parce qu’avec le Coca Cola, il le faut !

Parlons même de cela, c’est quoi ton lien avec Coca-Cola? Tu trouves quoi dans le Coca?

C’est doux !!! Quand c’est bien glacé, avec le petit citron sur le côté… Non, le Coca c’est doux et ça rafraîchit. Sinon, les gens de Coca-Cola ne savent même pas que j’existe…

Avant dès que je me réveillais, au lieu de boire de l’eau, c’était Coca-Cola. Je pouvais prendre 5 à 6 bouteilles, dans la même journée. Mais je suis entrain de faire l’effort d’arrêter… Je sais que j’abuse. Faut pas que je me rende malade, je suis trop jeune pour avoir le diabète !

De quoi as-tu le plus peur ?

J’ai peur d’avoir des regrets, c’est quelque chose qui me hante. Du coup quand je pense à quelque chose avec insistance, je le fais… J’assume mes actes et je vis l’instant présent !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

Tu es aussi égérie Woodin Côte d’ivoire, comment c’est arrivé ? Raconte-nous…

Je travaillais avec UNIWAX, en tant que modèle photo pour les catalogues. Il y avait un casting où il y avait 200 à 300 personnes. Je suis allée sur un coup de tête, ils avaient demandé de porter un jeans bleu et un t-shirt blanc.

J’ai porté mon t-shirt blanc et un jeans bleu et je suis arrivée; pas de maquillage avec mes cheveux naturels attachés en chignon. J’ai fait 2 photos : une de profil, une de face. Ils m’ont contacté et on m’a prise. C’est comme ça que je suis devenue modèle photo pour UNIWAX.

Pour Woodin, vu que c’est un peu la même maison, ils m’ont contacté pour cette campagne… Le jour du tournage, je suis venue avec mes cheveux attachés, sans artifices. J’ai fait mon chignon moi même; je pense que ce qu’ils ont aimé le plus, c’est mon côté naturel. Le fait que je sois moi-même…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Quand tu te promènes dans les rues d’Abidjan un samedi matin et que tu te vois sur une si grande affiche ! 😂😂😍

Une publication partagée par S A R A Ï (@miiss_coke) le

Un dernier mot ?

Pour moi le plus important, c’est la confiance en soi. S’assumer, s’accepter comme on est… C’est ce qui fait que je m’attache à quelqu’un. Il faut s’aimer pour ses qualités, mais aussi et surtout pour ses défauts.

Il faut accepter d’être imperfectly perfect; prenez l’exemple de Rihanna. Au début de sa carrière, elle cachait son front avec sa frange; avec le temps elle s’est acceptée et s’est affichée sans la frange. Aujourd’hui, plus personne ne fait attention à son front. On la trouve magnifique !

Lorsque vous assumez vos “imperfections ou défauts”, cela vous rend authentique… L’authenticité inspire le respect, l’admiration, l’amour vrai. Et c’est le message, que j’ai pour toutes celles et ceux qui me lisent actuellement.

Saraï est un peu comme la grande soeur que j’aurais aimé avoir à une époque, cela aurait pu m’éviter certaines “erreurs”. Mais aujourd’hui, j’ai compris que cela faisait partie du processus d’apprentissage de ma vie. Jean Jacques Rousseau disait dans son ouvrage “Du Contrat Social” : l’obéissance aux règles qu’on s’est prescrites, est LIBERTÉ !

Quand je me remémore les circonstances dans lesquelles mon équipe et moi avions réalisé cette interview, je ne peux que ressentir de la Gratitude envers l’Univers, la Nature.

Vous avez en vous, la force nécessaire d’être VOUS ! C’est un parcours parfois périlleux, mais ô combien enrichissant … Quoiqu’il arrive, ayez toujours foi en vous et ne vous arrêtez jamais de rêver grand !

SARAÏ D’HOLOGNE, THE FREE SPIRIT !

N’hésitez pas à suivre Saraï, sur ces différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram ! Merci 😉

Photos : Darios TOSSOU

Photos Street Style : AYANAWEBZINE.COM

Vidéo : Médard VIANOU

Visuels : Micrette TOHOUNGAN

Direction Artistique : Estelle Gloria, Romao BOGLO, Morel AGUIAR

Assistant : Fadil SANTOS

Special Thanks au webzine ivoirien : FALLINMODE.COM

Production : Estelle Gloria

Copyright : MODERNETCHIC 2018

 

Commentaires

  • Commentaires

Laisser un commentaire

Haut

%d blogueurs aiment cette page :